Pour l’alliance MSM-MMM, il est clair que c’est le Premier ministre qui est « coupable ». Sir Anerood Jugnauth (SAJ) estime que ce dernier est aussi responsable dans les allégations d’irrégularités qui éclaboussent le Dr D. Y. Patil Medical College.

Ramgoolam s’est empressé de « défendre » la ministre Sheila Bappoo, poursuit SAJ. Le leader du Remake 2000 s’interroge cependant sur les possibilités qu’il y ait eu « trafic d’influence » dans cette affaire, le directeur de l’école de formation étant l’époux de la ministre de la Sécurité sociale.

Paul Bérenger, leader du MMM, a pour sa part insisté sur le fait que l’ancien juge Seetulsing n’aurait pas dû accepter d’être nommé à la tête du Fact-finding committee (FFC) institué pour faire la lumière sur cette affaire. Les FFC n’ayant pas de véritables pouvoirs, dit-il, ils sont mis en place « for cover up purposes ».