Le leader du Front solidarité mauricien se pose en rassembleur. Et affirme que le qualificatif « sectaire » ne s’applique ni à lui, ni à son parti. Cehl Meeah déclare également qu’il « ne sera la voix d’aucun groupe sectaire ». Dans le cadre de ses propositions sur la réforme électorale, il dit être à l’écoute de toutes les communautés.