«C’est moi qui redresserai ce pays.» L’heure est grave, selon Navin Ramgoolam. A la rue St Denis, à Port-Louis, le leader du Parti travailliste s’est longuement attardé sur le rapport de la commission Lam Shang Leen. Récusant les accusations des Jugnauth à l’effet que le PTr serait de mèche avec les trafiquants de drogue.

Or, le rapport Lam Shang Leen ne mentionne personne qui soit lié aux rouges. Au contraire du MSM, relève Ramgoolam. Qu’importe : tous ceux qui lui ont fait du tort «pou grene kouma zanbalak» le chef du PTr., constate que cela arrive d’ailleurs déjà.

Celui-ci a égratigné Roubina Jadoo-Jaunbocus, qui aurait dû «avoir le courage de démissionner» comme parlementaire, et Raouf Gulbul, sur lesquels la commission Lam Shang Leen a recommandé une enquête. Mais aussi Mauritius Telecom et son no 1.