«La MBC n’est pas la propriété du MSM et ils n’ont aucune notion de la démocratie», affirme Navin Ramgoolam en prévenant que la manière de faire de l’institution prêtera à conséquence. Accompagné des cadres et de partisans rouges, le leader du Parti travailliste (PTr) a manifesté devant les locaux de la Mauritius Broadcasting Corporation ce 16 mars.

Ramgoolam a remis une lettre de protestation au président du conseil d’administration de la radiotélévision nationale, Beejhaye Ramdenee. Parlant à la presse, l’ancien Premier ministre a sévèrement critiqué ce qu’il considère être la dérive dans le traitement de l’information à la MBC. Celle-ci n’avait «jamais atteint ce niveau» il était Premier ministre, assure le leader des rouges.

Il a insisté sur  les changements qu’il compte apporter à l’institution si le PTr revient au pouvoir. Évoquant notamment la privatisation de l’institution ou encore le changement du mode de prélèvement de la redevance sur les factures du Central Electricity Board.

Peu après l’arrivée de Navin Ramgoolam, les activistes rouges ont tenté de forcer le passage pour entrer dans l’enceinte de la MBC. La police a refermé les grilles pour ne laisser entrer que trois cadres rouges : Navin Ramgoolam, Patrick Assirvaden et Anil Bachoo. Pour qu’ils remettent leur lettre de protestation à Ramdenee.