En attendant que l’accord soit rendu public, ce 20 septembre, Navin Ramgoolam et Paul Bérenger ont livré de grands pans du deal rouge-mauve lors d’une conférence de presse à Clarisse House aujourd’hui. Si l’accord prévoit un rééquilibrage des pouvoirs de l’exécutif, en faveur du président de la république, il met aussi en place un mécanisme de gestion inédit au sein de la nouvelle alliance.

En effet, afin d’assurer le bon fonctionnement de l’alliance après son accession au pouvoir, il est prévu qu’un « permanent coalition committee » fasse le suivi du programme gouvernementale et soit appelé à trancher sur les possibles différends entre les deux partenaires. Autre première, la nomination d’un ministre de l’intérieur. Traditionnellement, ce poste a toujours été retenu par le Premier ministre jusqu’ici. Néanmoins, le futur M. Sécurité de la république sera un élu travailliste.