Comme d’autres cette semaine, Navin Ramgoolam s’est rendu auprès des victimes de la chute du groupe BAI. Ces derniers sont à leur 5e jour d’une grève de la faim initiée car nombre d’entre eux ont été remboursés en partie ou n’ont rien reçu.

La gestion de ce dossier par le gouvernement, estime le leader du Parti travailliste, est «un désastre pour le pays». Et de pointer du doigt les voitures achetées chez Iframac – concessionnaire de l’ex-groupe BAI – par des cadres du MSM ou encore les honoraires payés à PwC pour les services rendus dans la gestion du dossier BAI. Cela alors que des personnes attendent toujours leur dû.

Ramgoolam insiste : «Il faut une commission d’enquête» pour faire la lumière sur toute cette affaire.