Rakesh Gooljaury écope de trois mois de prison, qui pourrait être commué en travaux communautaires. C’est ce qui ressort du jugement de la magistrate Renuka Devi Dabee, délivré en Cour intermédiaire ce matin.

L’homme d’affaires était poursuivi sous une charge d’« effecting public mischief » dans le cadre de l’affaire Roches-Noires. Ce qui, aux yeux de la Cour, n’est « pas un délit mineur qui aurait requis une sentence non punitive ». Une forte amende, selon la magistrate, n’aurait pas non plus suffi pour que justice soit rendue. D’où la peine de prison infligée.

La loi prévoit une peine d’emprisonnement ne dépassant pas deux ans et une amende d’un maximum de Rs 100 000.

Cependant, au vu des « circonstances atténuantes » en sa faveur, Rakesh Gooljaury pourrait voir sa peine d’emprisonnement commué en travaux communautaires. L’une des plus importantes, outre qu’il en soit à sa première condamnation, est le fait qu’il ait plaidé coupable, relève la magistrate.

En attendant le social enquiry report qui déterminera si Gooljaury est apte à entreprendre des travaux communautaires, la sentence est suspendue. L’homme d’affaires comparaîtra de nouveau en Cour le 4 mai.

Lire l’intégralité du jugement ici.