La nouvelle avait surpris plus d’un. Le bureau de l’Attorney General s’est aujourd’hui retiré de l’affaire opposant le DPP à l’ICAC et à la police dans le sillage de l’enquête ouverte sur Sun Tan Hotels. Cela alors que Rajesh Ramloll, Acting Solicitor General, avait juré un affidavit pour demander à être « third party » dans le procès. Durant la conférence de presse qu’il a animée aujourd’hui, Roshi Bhadain explique que l’Acting Solicitor General aurait dû avoir agi « en son nom propre », et pas en celui du bureau de l’Attorney General. Mais que Rajesh Ramloll « conserve ses droits » pour refaire une « application ».

L’Acting Solicitor General a indiqué, dans le document présenté devant la Cour suprême, qu’il n’a fait qu’appliquer la loi dans le dossier Sun Tan Hotels.

Roshi Bhadain, mais aussi Showkutally Soodhun, ont porté plainte contre Satyajit Boolell en raison de l’affidavit qu’il a juré et dans lequel le Directeur des poursuites publiques avance que ces deux ministres font pression sur la Commission anticorruption, dans l’affaire Sun Tan Hotels, pour lui nuire.