La Cour suprême a tranché aujourd’hui dans les deux procès intentés à l’Etat concernant la carte d’identité biométrique. L’Etat n’a pas le droit de stocker des données biométriques récoltées pour la nouvelle carte d’identité. Pour Rajah Madhewoo, l’un des plaignants, ce jugement est « assez favorable ». Car il vient donner raison aux nombreuses personnes et associations qui se sont élevées contre la constitutionnalité de la collecte obligatoire et du stockage de ces données.

Erickson Mooneeapillay, qui défendait Pravind Jugnauth, l’autre plaignant, abonde dans le même sens. Et affirme que c’est la « victoire de la démocratie contre l’oppression et les tendances dictatoriales ».

Sollicité, Roshi Bhadain, qui a fait partie du panel d’avocats représentant Pravind Jugnauth, s’est réjoui de ce jugement. « C’est un grand jour pour mon pays ! » s’est-il exclamé. « La Cour suprême nous ont donné raison. »

Cependant, Rajah Madhewoo n’est pas tout à fait satisfait du ruling des juges. Son homme de loi Sanjeev Teeluckdharry parle même d’une « victoire mitigée ». Car la Cour suprême, dit-il, ne s’est pas prononcée sur tous les points qu’ont avancés les avocats. Son client, avance Teeluckdharry, se réserve donc le droit de recourir au Privy Council.