Son interrogatoire est désormais terminé, selon l’avocat Raj Pentiah. Anil Bachoo a répondu « à toutes les questions » de la police dans le cadre de l’enquête sur l’affaire Betamax. L’ex-ministre des Infrastructures publiques et du Transport a été confronté aux versions de Soopramanien Pather et de l’ancien ministre travailliste Mahen Gowressoo, confirme l’homme de loi. Qui insiste sur le fait qu’« aucune charge ne tient la route » contre son client.

Jusqu’à preuve du contraire, poursuit Raj Pentiah, Anil Bachoo n’aura donc pas à retourner aux Casernes centrales après ses presque trois heures, aujourd’hui, de questions-réponses au Central Criminal Investigation Department. L’ex-ministre a décliné tout commentaire et a renvoyé la presse à son avocat avant de s’en aller.

Interrogé sur le commentaire de Gowressoo à l’effet qu’il était une « poupée » dans cette affaire, Raj Pentiah le renvoie à sa « conscience ». En espérant que la police poursuivra cette enquête avec la même « rigueur » qu’avec Anil Bachoo. A ce stade des déclarations faites par son client, explique l’avocat, la police devrait logiquement s’intéresser au rôle joué par Mahen Gowressoo.