Pour le Kolektif lenerzi renouvlab (KLR), une chose est claire. Maintenant que le projet CT Power a été stoppé, le gouvernement doit aller plus loin dans sa démarche. Et « phase out » les énergies fossiles. Afin de financer les projets d’énergies renouvelables, Rashid Imrith, syndicaliste qui fait partie du collectif, suggère que l’Etat utilise le budget qui aurait été alloué au projet de centrale à charbon de Pointe-aux-Caves. Mais aussi qu’il émette des « green energy bonds » et introduise une coal tax qui frapperait les Independent Power Producers ayant recours au charbon.

Michel Chiffonne a réclamé, pour sa part, que divers rapports soient rendus publics, de même que le Power Purchase Agreement liant le Central Electricity Board à Sarako, qui a une ferme photovoltaïque à Bambous.

Au chapitre de la production d’énergie renouvelable, Yan Hookoomsing explique que le collectif préconise un modèle d’ « agri-farm ». Celui-ci, utilisé chez nos voisins les Réunionnais, allie production d’énergie solaire et culture vivrière. Une manière, explique Hookoomsing, d’inclure dans ses projets les petits planteurs laissés sur la touche.