Ils s’envoleront bientôt pour leurs études universitaires. Les lauréats de la cuvée 2014 ont été reçus, ce matin, par la présidente de la République lors d’une cérémonie organisée en leur honneur à la State House. L’occasion pour Ameenah Gurib-Fakim de les féliciter mais aussi de leur prodiguer quelques conseils pour cette aventure qui les attend.

« Ce qu’il y a de beau avec l’éducation, c’est que personne ne peut vous la reprendre », a souligné la présidente de la République. Reconnaissant la valeur essentielle des connaissances et des compétences, celle-ci estime toutefois que c’est le caractère de ces jeunes étudiants ainsi que « l’autodiscipline » qui leur permettra de faire face aux obstacles et de mener à bien leurs ambitions. Et de leur rappeler leur « devoir envers le pays ». Ameenah Gurib-Fakim exhorte ainsi les lauréats à revenir au pays et « mettre [leurs] connaissances et expérience au service de ce grand petit pays ».

Un appel rejoint par le Premier ministre sir Anerood Jugnauth (SAJ). « Peu importe votre décision à la fin de vos études, a déclaré le Premier ministre, faites-vous un devoir de servir Maurice en contribuant au ‘knowledge reservoir’ du pays. » L’éducation, a-t-il souligné, est de nos jours « l’élément le plus important de la richesse d’une société ». D’où les réformes qui seront entamées notamment dans les secteurs de l’éducation et de la formation, a indiqué SAJ.

A travers le monde, note pour sa part Leela Devi Dookun-Luchoomun, l’éducation est synonyme de « moteur du changement » et vient en soutien au développement. Les bourses dont bénéficient ces jeunes représentent une opportunité, soutient la ministre de l’Education, d’apprentissage collaboratif et de faire de ces étudiants des citoyens du monde.

Nombre d’entre eux ont, à l’issue de la cérémonie, exprimer leur désir de retourner au pays pour apporter leur pierre. A l’instar d’Anne Gaëlle Fidelia Augustin qui veut devenir gynécologue afin que les Rodriguaises bénéficient de soins constants d’un même médecin. Ou de Manjistha Mungur, qui entamera des études de finances et souhaite participer à l’essor du financial hub mauricien. Zahirah Nahaboo Solim se destine, pour sa part, à la médecine et estime qu’il y a de la place sur ce marché ici par rapport à certaines spécialisations. Nu’maan Jeewody, deuxième lauréat de sa famille, intégrera l’université de Warwick, en Angleterre, pour des études de maths, de statistiques et d’économie. Tandis que Jason Thondee compte revêtir la robe d’avocat. Et n’a pas peur d’afficher ses ambitions de s’engager en politique afin d’« apporter un vrai changement ».