Un syndicat d’enseignants du secondaire s’immisce dans la polémique entourant le paiement des frais d’examens du SC et du HSC. La Government Secondary School Teachers’ Union (GSSTU) lance un appel au ministère de l’Education pour qu’il fasse preuve de flexibilité cette année. Et qu’il accepte « exceptionnellement » de prendre en compte le taux de présence des élèves au 15 juillet et non au 9 septembre.

« Gardons à l’esprit l’intérêt des enfants », exhorte Vikash Ramdonee. Le président de la GSSTU encourage également les parents à dénoncer les enseignants qui donneraient des leçons particulières durant les heures de classe.

Dans le cadre du Nine-Year Schooling, La GSSTU souhaite également que les syndicats et enseignants du secondaire soient inclus dans l’élaboration du programme d’études pour ce niveau – dont on ne connaît toujours pas le contenu. « Nous sommes pour le changement mais pas pour que cela se fasse aveuglément », déclare Vikash Ramdonee. Il estime que les enseignants, parce qu’ils travaillent au cœur du système, sont les mieux placés pour identifier les aptitudes à être développées chez l’enfant en fonction des besoins du pays.

Photo : Vikash Ramdonee, président de la Government Secondary School Teachers’ Union.