Quatre artistes arrêtés suite à l’altercation qui a éclaté à la Gare du Nord, hier, ont été libérés sous caution. Un cinquième est toujours hospitalisé et pourrait comparaître devant la Bail & Remand Court demain. Ils font face à trois charges provisoires : assault with premeditation, assaulting police on exercise of their duty et larceny with violence. MJean Claude Bibi assure leur défense.

Ce n’était, au départ, qu’une « descente » dans la capitale de certains artistes ayant eu vent de la commercialisation de copies pirates de leurs œuvres. Mais cela a vite dégénéré en altercation physique impliquant marchands ambulants, artistes et policiers. Dans un premier temps, les services de police parlent de « bouncers » impliqués dans une rixe. Si Dr Boyzini, qui a quitté l’hôpital contre l’avis des médecins, allègue avoir été victime de brutalité policière, les forces de l’ordre maintiennent avoir agi dans le strict respect de la loi.

La communauté artistique locale se mobilise bien vite sur les réseaux sociaux et le mot d’ordre est donné : rendez-vous devant le tribunal de Port-Louis, ce 30 décembre, où l’audience pour la remise en liberté conditionnelle doit être entendue.

Il y avait donc foule dès 9h en solidarité avec les musiciens et producteur blessés et incarcérés. On pouvait ainsi reconnaître Bruno Raya, Linzy Bacbotte, Clarel Armelle, Caroline Jodun, Mario Justin, Nancy Dérougère, Zanzak Arjoon, Désiré François, Blakkayo, Ziakazom, Denis Félicité, Alain Ramanisum, Gérard Louis, Ras Natty Baby,  mais aussi Brian Veerapin de Paradize Burning de même que Siva Pareemanun de Dodo Music.

L’affaire sera entendue de nouveau en avril 2016.