Paul Bérenger croit savoir que Navin Ramgoolam a cédé aux pressions et remis en question les « trois, quatre, cinq points » sur lesquels les deux hommes s’étaient pourtant entendus dans le cadre d’une alliance rouge-mauve. Le leader du MMM avait clairement laissé entendre qu’une alliance PTr-MMM n’était pas à l’agenda à l’issue de sa réunion avec Ramgoolam plus tôt. Soulignant à plusieurs reprises que s’il le fallait, son parti irait seul aux élections générales. Engagement que le Premier ministre a également pris.