Aret Kokin Nu Laplaz (AKNL) ne s’explique pas comment un projet hôtelier à Bel-Ombre, a obtenu son permis EIA (Environmental Impact Assessment). Le collectif soutient que le projet se situe dans une zone écosensible («environmentally sensitive area») où il y a, par exemple, des zones humides et des dunes de sables.

Or, le rapport soumis par le promoteur ne mentionne pas la présence de wetlands, soutient Yan Hookoomsing d’AKNL. Qui soutient qu’un rapport datant de 2015 pointe du doigt les hôtels sur cette partie du littoral sud sur l’érosion des plages. Il semblerait que le ministère de l’Environnement n’ait pas non plus appliqué ses propres guidelines sur certains aspects, ajoute le porte-parole d’AKNL.

Le collectif compte se tourner vers le National Audit Office pour souligner les «manquements» du rapport EIA. AKNL saisira également l’Independent Commission against Corruption pour qu’elle initie une enquête.