Des habitants de Bain-des-Dames étaient devant l’Hôtel du gouvernement aujourd’hui. Ils réclament une compensation pour les dégâts causés à leurs habitations suite aux travaux de construction, dans leur localité, d’un parc de réservoirs pour l’entreposage d’huile lourde dans leur localité.

Rajah Madhewoo, du Regrupma Travayer Sosyal, insiste que ces familles doivent être compensées pour les inconvénients causés. Le Central Electricity Board (CEB) a fait mener une étude sur le projet de tank farm mais ne compte pas la rendre publique, déplore le travailleur social.

Une réunion a eu lieu, hier 17 avril, entre le CEB et Rajah Madhewoo ainsi que son homme de loi, Erickson Mooneapillay. Si le principe d’une compensation pour des «motifs humanitaires» est acquis, il reste à en définir les modalités, fait comprendre Aansa Bedacee, Corporate Communication Officer. Le CEB a ainsi demandé à Rajah Madhewoo et son homme de loi de fournir «les documents des plaignants éligibles», explique Aansa Bedacee. Cela parce que dans le lot se trouvent également des squatter ou encore des locataires.

Une fois ces documents soumis, Shamshir Mukoon, qui est Acting General Manager, convoquera une réunion pour finaliser l’accord, indique encore la Corporate Communication Officer.