Selon le leader du MSM, Navin Ramgoolam n’est pas sérieux sur la question de la réforme électorale car il l’utiliserait à des fins politiciennes. Pravind Jugnauth égratigne aussi le leader de l’opposition qu’il accuse de participer au « film » en omettant de jouer son rôle d’opposant à chaque épisode de négociation ou durant les « trêves » décrétées par le Premier ministre ou Paul Bérenger.