L’ajournement du Parlement au 7 octobre est une preuve de plus de la « complicité » de Bérenger et de Ramgoolam, estime Pravind Jugnauth. Le leader de l’opposition, dit-il, est « tranquille, a été amadoué ». Le leader du MSM déplore le fait que le MSM est bâillonné et ne peut faire son travail de parti d’opposition. Car, insiste Pravind Jugnauth, en l’espace de « dix mois », il y a eu « plus de huit mois de vacances parlementaires ». Il espère que les prochains scrutins auront lieu au plus tôt, voire dans un mois, « que le pouvoir retourne au peuple ».