Il faudra trouver un nouveau site pour construire la nouvelle piste d’atterrissage à Rodrigues. Le projet initial d’agrandir la piste existante est trop onéreux, a indiqué Pravind Jugnauth durant la Private Notice Question de ce vendredi 14 juillet. L’Assemblée régionale de Rodrigues (ARR) a approuvé de nouvelles études en ce sens.

Les tests effectués par le consultant montrent, en effet, que les travaux pour un projet sur pilotis, en comblant une partie du lagon, coûteront Rs 11 milliards. A terre, le budget est estimé à Rs 6 milliards. Alors que les estimations initiales prévoyaient Rs 2 milliards.

L’autre option, qui est de poursuivre avec la piste existante, est problématique en raison des caves à proximité, fait comprendre l’ARR.

Pour l’heure, aucun calendrier n’a été défini. «Nous dépendons de l’avis d’experts étrangers», a fait ressortir Pravind Jugnauth. Et s’il reconnaît que «nos ressources sont limitées», le gouvernement apportera son soutien à l’Assemblée régionale, a ajouté le Premier ministre et ministre des Finances.

Cet aéroport est un projet «urgent» pour le tourisme, a souligné Xavier Duval. Or, ce secteur stagne à Rodrigues. «Je conviens que c’est une priorité», a répondu Jugnauth, qui répondait à la place de sir Anerood Jugnauth, absent. «Cela a été une priorité depuis tant d’années…»

Le leader de l’opposition a affiché un certain scepticisme quant au soutien financier à ce projet. «Il y a eu beaucoup de tergiversations», a-t-il fait remarquer. Et le plan sur trois ans que Pravind Jugnauth a présenté en juin dernier ne fait provision d’aucun «substantial amount» pour la piste d’atterrissage. Cela sera fait, a réitéré le ministre des Finances, «quand nous saurons exactement où se situera la nouvelle piste» et la nature des travaux.

Abordant la question de l’eau, Xavier Duval n’a pas caché son étonnement devant les «deux heures… pas par jour mais par mois» d’approvisionnement aux Rodriguais. Tout en soulignant que dans la réponde de Pravind Jugnauth, il est indiqué que seules 2 sur les 4 unités de dessalement sont en opération, et encore : à 50% de leurs capacités.

Le Premier ministre a rappelé que les divers projets concernant l’eau mentionnés dans sa réponse écrite date du gouvernement Ramgoolam, et que rien n’avait été fait ou presque. Des réparations sont en cours aux unités de dessalement de Pointe-Vénus et Caverne Bouteille. Les travaux devraient être complétés d’ici la fin de l’année. Ceux concernant la construction des unités de Baie-Malgache et Pointe-Coton ne devraient pas tarder à démarrer. Le consultant soumettra les documents pour préparer l’appel d’offres d’ici fin juillet.

Devant les protestations de Duval à l’effet qu’aucune amélioration n’a été notée depuis dix ans, Nando Bodha n’a pas remarqué que pendant la décennie de Ramgoolam, le leader du PMSD était aux Finances durant sept ans. Pravind Jugnauth de renchérir : «Pendant dix ans, il n’y a eu aucune considération pour Rodrigues. Mais ce gouvernement lui accordera la considération qu’il faut.»

La tranche accordée à la PNQ a été marquée par l’intervention de Joseph Buisson Léopold. Le député de Rodrigues a protesté énergiquement contre les dires de Duval. Celui-ci a affirmé que durant sa visite à Rodrigues, la semaine dernière, on lui a affirmé que faute de places, des hommes sont admis dans les salles réservées aux femmes à l’hôpital Queen Elisabeth.

Léopold l’a vertement repris sur cela. Mais aussi sur la PNQ sur son ensemble. Insistant sur le fait que le leader de l’opposition «ne sait pas ce qu’est l’autonomie». Duval insiste sur l’inaction du présent gouvernement ? L’ARR est responsable de ce qui se fait à Rodrigues, a fait ressortir Léopold. Ce que démontre d’ailleurs le fait que les réponses fournies par Jugnauth ont été fournies par l’Island Chief Executive.

Quant aux allégations de «corruption administrative rampante» dont Duval fait mention, il revient aux Rodriguais de les mettre en avant, a soutenu le chef du gouvernement. Cela afin que la police et la commission anticorruption puissent enquêter. Le Premier ministre a aussi conseillé, en boutade, au leader de l’opposition de se rendre à Rodrigues plus souvent.

Sur le même sujet