Le coup d’envoi de la Plateforme économique africaine a été donné, ce matin, à Balaclava. Dans les discours inauguraux, la solidarité africaine revient comme leitmotiv.

Le Premier ministre Pravind Jugnauth prône ainsi une « unité de propos et d’action » au niveau des pays africains s’ils veulent avancer ensemble.

Pravind Jugnauth a aussi salué le soutien de l’Union africaine dans la lutte de Maurice pour la souveraineté sur les Chagos.

Son homologue du Zimbabwe, Barbados Sibusiso Dlamini, a entre autres souligné l’une des questions à être adressées au niveau du continent : l’écart entre la formation et les besoins du marché du travail.

Autre enjeu : la nécessité d’aller vers une plus grande intégration des différents systèmes économiques des pays de l’Union africaine. Ce qui facilitera le mouvement transfrontalier et contribuera à la croissance au niveau du secteur privé, note le Premier ministre zimbabwéen.

Dans les coulisses, l’événement s’ambitionne comme le Sommet de Davos du continent africain. Les objectifs sont multiples mais peuvent se résumer ainsi : dégager une synergie et des stratégies pour une plus grande coopération entre les pays africains, faciliter les affaires et ainsi contribuer au développement de chacun.

A l’initiative de la Fondation de l’Union africaine, ce forum se veut aussi une plateforme pour la mise en œuvre de l’Agenda 2063 de l’Union.