Si la direction de l’express affirme qu’elle n’a agi que dans le cadre du « droit à l’information » et de « l’intérêt public », la hiérarchie du Parti travailliste estime que le journal « joue un rôle politique ».

Patrick Assirvaden et Abdullah Hossen se sont relayés aujourd’hui pour dénoncer « le manque de déontologie » et « l’agenda » du journal. Selon eux, l’express avait pour intention de « dénigrer » et de « ridiculiser » le Premier ministre en publiant les clichés de Navin Ramgoolam participant à une soirée privée.

Les deux responsables rouges ont estimé que cette intrusion « dans la vie familiale » est intolérable tout en reconnaissant le droit aux journalistes d’enquêter afin de prouver si le fait d’être proche du Premier ministre a permis à Nandanee Soornack de mieux réussir sa carrière de femme d’affaires.

Le président des Travaillistes a également affirmé que le parti n’a ordonné aucun achat en masse de l’édition du dimanche de l’express.