La chute de Maurice de la 50e à la 54e dans l’indice de perception de Transparency International inquiète Rajen Bablee. Le directeur de Transparency Mauritius (TM) estime que le fait que Maurice soit désormais 6e du classement parmi les pays d’Afrique, derrière le Botswana, les Seychelles, le Cap Vert, le Rwanda et la Namibie, doit interpeller le gouvernement.

Bablee rappelle qu’il n’y a pas que la seule perception de la corruption qui entre dans l’élaboration du classement mais également l’absence de lois, sur le financement politique, ou encore le libre accès à l’information, qui peuvent aggraver la perception que les autorités publiques ne souhaitent pas jouer le jeu de la transparence.

Le directeur de TM affirme que son organisation souhaite aider les pouvoirs publics à entamer les réformes nécessaires pour promouvoir la transparence au sein des institutions.