C’est la question supplémentaire de Rajesh Bhagwan qui a mis le feu aux poudres. Le député mauve interrogeait Nando Bodha, ministre du Transport, sur les démêlés du directeur des ressources humaines de la National Transport Corporation (NTC) avec la justice.

Pradip Kumar Pursun a été condamné, en mars dernier, pour vol. Bhagwan veut, lui, savoir si c’est ainsi que le gouvernement compte gérer le pays, avec des personnes trouvées coupables par les cours de justice. Rajoutant que le conseiller spécial Prakash Maunthrooa, rattaché au Premier ministre, est lui aussi «coupable».

Alors que Bodha s’apprête à répondre, Pravind Jugnauth intervient sur un point of order. Le procès de son conseiller, précise le chef du gouvernement, est en cours ; il n’a aucune condamnation à son actif.

«Medpoint!» lance Paul Bérenger à Jugnauth. Ce dernier lui réplique : «Medpoint?! Lakour donn twa klak !»

La tension se fait palpable. La Speaker a du mal à calmer les esprits des deux côtés de la Chambre. Les invectives fusent.

«To pa onte?» demande Pravind Jugnauth, soutenu face à Paul Bérenger qui lâche : «Al kasiet do ta!»

Bérenger s’en prend à la Speaker qui ne rappelle pas le chef du gouvernement à l’ordre. «You don’t call him to order? Al manz inpe biskwi do!»

Maya Hanoomanjee s’intéresse surtout aux députés mauves Bhagwan et Baloomoody, qu’elle interpelle à plusieurs reprises, surtout ce dernier. La sanction tombe : «I order you out! (…) You cannot ignore the chair.»

Veda Baloomoody proteste, en vain. Solidaires, Rajesh Bhagwan et les autres parlementaires MMM quittent l’hémicycle. Bruyamment, les virulents échanges avec Pravind Jugnauth et ses ministres ne s’interrompant qu’à leur sortie.

On entend Paul Bérenger balancer : «Pe soutir voler!»

Le duo Bérenger-Jugnauth continue leur passe d’armes. «Vinn deor!» intime Bérenger au leader du MSM. Ce dernier répète : « Lakour siprem inn donn twa klak, respekte lazistis!»

Nando Bodha précisera, malgré le départ du MMM, que Pradip Kumar Pursun a fait appel de sa condamnation. Et que le conseil légal de la NTC a recommandé qu’étant donné les circonstances, le directeur des ressources humaines de la compagnie ne pouvait être ni suspendu, ni congédié. «But I have asked the board to consider the matter», a ajouté le ministre du Transport.