Le cas de cette adolescente de 13 ans, enceinte de trois mois et retrouvée morte à Goodlands hier, ne laisse pas insensible. Le bureau de l’Ombudsperson for Children étudie cette affaire, assure Rita Venkatasawmy. D’autant que plusieurs questions sont ici soulevées.

Il est ici question de mariage d’enfant – même si l’union était reconnue sur le plan religieux uniquement et non légalement –, et de relations sexuelles avec mineure – proscrites par la loi, ainsi que de grossesse précoce.

Une chose est claire :  le mariage se fait entre adultes, et non avec des enfants. Rita Venkatasawmy est ferme sur ce point. Le Code civil mauricien autorise le mariage d’un mineur de plus de 16 ans avec le consentement parental ? «C’est non» dans ce cas de figure également. Le Children’s Bill, dit notre interlocutrice, devrait résoudre cette question. Sur laquelle Maurice a été régulièrement critiquée au niveau du comité d’experts des Nations unies.

Rita Venkatasawmy a participé, ce jeudi 21 juin, à un atelier de travail sur les droits humains et des enfants au Renganaden Seeneevassen SSS, à Port-Louis. Une initiative de la National Human Rights Commission.