Les contrats des employés de l’hôpital Omega Ark, ex-Apollo Bramwell, contiennent des clauses « abusives » et « anticonstitutionnelles ». C’est ce qu’affirme la Confédération des travailleurs du secteur privé (CTSP).

La direction s’était engagée à fournir une copie du nouveau contrat au syndicat, explique Jane Ragoo, avant d’être distribué aux salariés. Mais cet accord n’a pas été respecté, déplore la secrétaire générale de la CTSP.

Le syndicat s’est donc tourné vers le ministère des Finances pour qu’il intervienne et s’assure que les clauses litigieuses soient revues. Cette rencontre, annonce Chutoo, a été fructueuse.

Le mot d’ordre aux quelque 700 employés est donc de ne pas signer leur contrat avant d’en avoir reçu une copie révisée. Ce qui devrait se faire d’ici la semaine prochaine.

Contacté après l’assemblée générale avec les employés de l’hôpital durant la journée, Chuttoo précise que les clauses problématiques figurent également dans l’ancien contrat. Et que certaines conditions de travail vont changer avec le présent gestionnaire. Et d’expliquer que pour certains employés, leur semaine de travail passe de 40 heures à 45. Mais aussi qu’il y aurait eu « pression » pour signer le document.

Du côté de l’hôpital Omega Ark, on soutient ne pas être au courant d’une quelconque révision tout en démentant les accusations de pression. On soutient également que les salaires et conditions de travail sont maintenus pour toutes les catégories de personnel.

Cela a été clairement expliqué dans un courrier signé Chief Executive Officer du département Health Care d’Omega Ark Investments, assure notre source, qui a accompagné les nouveaux contrats le vendredi 29 juillet. Ce document indique que toute erreur dans les contrats doit être signalée au département des ressources humaines.

Selon nos recoupements auprès de l’hôpital, une bonne partie du personnel a déjà signé les nouveaux contrats.

Du côté du ministère du Travail, qui devrait en principe se charger de revoir les contrats, on précise que pour l’heure, le dossier est toujours aux Finances.

Au moment de la mise en ligne de cet article, nous attendions toujours une réaction du ministère des Finances.

Photo d’archives