La vie d’Oliver Hellowell n’a pas été un long fleuve tranquille. Trisomique, il subit à 3 mois une opération à cœur ouvert. En raison d’une hypotonie musculaire sévère, diagnostiquée alors qu’il a 18 mois, un médecin déclare qu’il ne sera « jamais du type sportif ». A 3 ans, sa mère apprend qu’Oliver souffre aussi de dyspraxie verbale et ne pourra donc pas parler clairement. A 10 ans, on découvre qu’il est hyperactif.

Aujourd’hui, Oliver a appris à faire du skate et à lire – il possède plus de 300 livres et 200 magazines. Il adore jouer au foot, au basket et au billard. Il s’exprime clairement et communique aussi en utilisant la langue des signes. Et à travers la photographie, passion qu’il a développée sous les encouragements de son beau-père et mentor, Mike O’Carroll, lui-même photographe.

Oliver Hellowell, affirme sa mère, a un regard différent sur le monde. Et c’est pour partager avec les autres le travail et le regard de son fils sur ce monde que Wendy O’Carroll a créé un site Web et une page Facebook.

Celle-ci, selon la BBC, qui a diffusé un reportage sur le jeune homme de 18 ans la semaine dernière, comptabilisait plus de 10 500 likes. La page, créée il y a un an, en compte aujourd’hui plus de 41 000. Et diffuse les photos d’Oliver. Ses sujets de prédilection : les paysages et les animaux, en particulier les oiseaux. Avec une attention particulière aux détails.

Le jeune homme souhaite devenir un professionnel de la photo paysagiste et animalière. Et faire un road-trip aux USA, avec sa caméra bien entendu !

Sources : Le site d’Oliver Hellowell, BBC, Downs Side Up