Le chef de la diplomatie est confiant. Les investissements mauriciens en Afrique auront des retombées positives pour l’économie mauricienne. Que ce soit pour notre centre financier ou le taux de croissance. Maurice travaille, en effet, sur l’établissement de zones économiques exclusives, notamment au Sénégal, à Madagascar et au Ghana. Car 2018, «c’est aussi l’Afrique», insiste Vishnu Lutchmeenaraidoo. Avec, en outre, l’ouverture de deux ambassades au Ghana et au Kenya.

Pour son message de fin d’année à son staff, le ministre des Affaires étrangères a axé son message sur les grands chantiers à venir. L’un des principaux défis : celui de la restructuration du ministère, avec le soutien de l’Australie, et la mise sur pied d’une plateforme de diplomatie économique.

Maurice assumera, à partir de 2018, la présidence du groupe de contact sur la piraterie. Une structure que Lutchmeenaraidoo souhaite permanente et assumer des responsabilités élargies.

L’année prochaine sera aussi marquée par quelques grands rendez-vous au niveau de la région océan Indien et Afrique. Une réunion sur la sécurité maritime est prévue fin février, le mois qui suit Maurice accueillera la seconde édition de la Plateforme économique africaine. Avril sera marqué par la conférence sur l’autosuffisance alimentaire, qui aura lieu à Madagascar.