L’ex-Premier ministre s’acquitte en ce moment de ses cautions à la Bail and Remand Court (BRC). Où il a comparu suite à son arrestation, hier, dans le cadre de l’enquête ouverte sur l’octroi de bail pour des terrains de l’Etat. Navin Ramgoolam est sous le coup de trois charges provisoires de « public official using his office for gratification », sous la section 7 de la Prevention of Corruption Act. La magistrate présidant la BRC a fixé le montant de la caution à Rs 50 000 et celui de la reconnaissance de dettes à Rs 500 000 pour chacune des trois accusations. La police n’a pas objecté à sa remise en liberté.

Shaukat Oozeer, qui représente Navin Ramgoolam, a plaidé pour que la magistrate se montre indulgente, en fixant une caution « symbolique ». Arguant que son client s’est déjà acquitté de Rs 700 000 en termes de caution entre février et mai de cette année. Et qu’il a signé des reconnaissances de dettes totalisant pas moins de Rs5millions jusqu’ici. L’homme de loi a également fait ressortir que les avoirs et comptes de son client sont gelés, et que les trois affaires du dossier à charge auraient pu être regroupées sous une seule accusation.

Une dizaine de partisans du Parti travailliste attendent en ce moment la sortie de leur leader sur les marches du tribunal, dans la capitale. Des cadres rouges sont aussi présents, à l’instar de Patrick Assirvaden, d’Anil Bachoo, de Yatin Varma, de Lormus Bundhoo, de Michael Sik Yuen ou encore de Stéphanie Anquetil.

Plus tôt dans la matinée, soit vers 10h10, Navin Ramgoolam était aux Casernes centrales pour les besoins de l’enquête. Où Shaukat Oozer l’attendait. Les deux hommes ont ensuite été rejoints par Me Gavin Glover, aux alentours de 11h15. L’ex-Premier ministre a quitté les locaux du Central Criminal Investigation Department peu avant midi pour se présenter en Cour.

Navin Ramgoolam devra de nouveau comparaître en Cour le 15 juin prochain.