« Je ne suis pas un saint. Monn fer konfians dimoun ki mo pa ti bizin. » Navin Ramgoolam l’a lui-même affirmé, ce mercredi 12 mai. Et oui, Nandanee Soornack a « définitivement » été « l’une de mes erreurs », répond-il sans ambages à une question d’ION News. Tout comme le sont, dit-il, Rakesh Gooljaury, Mahen Gowressoo et Iqbal Mallam-Hasham. La liste est loin d’être exhaustive, soutient Ramgoolam.

Le leader en retrait du Parti travailliste animait, en début de soirée, un point de presse à l’issue du comité exécutif rouge. Son arrivée au Square Guy Rozemont a provoqué le départ d’Arvin Boolell, qui n’a semble-t-il pas apprécié l’apparition inopinée de Ramgoolam (à suivre dans la prochaine vidéo).