Pour le chef de file du Parti travailliste au Parlement, la manière dont sir Anerood Jugnauth a répondu à la Private Notice Question de Paul Bérenger de ce mardi démontre qu’il n’accorde aucun intérêt à ce dossier d’importance nationale. Se fiant aux réponses données par le Premier ministre, Shakeel Mohamed conclut que le Commissaire de police n’arrive pas à assumer convenablement ses fonctions. Il demande donc au chef du gouvernement de réclamer sa démission et de confier l’enquête sur le trafic de drogue impliquant Arvind Hurreechurn à un ancien juge ou même à un juge encore en fonction.

Mohamed a également dénoncé un senior minister sur la base d’une lettre de plainte envoyée par un avoué au Chef juge. Dans cette correspondance, l’homme de loi accuse le ministre de l’avoir menacé à la suite de son refus de lui communiquer des détails sur une affaire actuellement en Cour. Le député de Port-Louis a demandé à Keshoe Parsad Matadeen de faire son devoir, le judiciaire étant, selon le député, « le dernier rempart ».

Mohamed a aussi estimé que la présidente de la République est la victime d’une campagne qui trouve son origine au sein même du gouvernement. Cela, à la suite de son intérêt affiché pour le développement du commerce avec le Pakistan, avance le député.

Participant au point de presse, le député Ritesh Ramful a estimé que le Premier ministre ne fait que peu de cas des connexions qui existeraient entre Arvind Hurreechurn et le patron d’une maison de jeu située à Rivière-du-Rempart. Tandis qu’Osman Mahomed a exigé de Showkutally Soodhun qu’il tienne promesse rapidement par rapport au relogement des squatters de Tranquebar, dans la région de Port-Louis.