Le leader du Front solidarité mauricien (FSM) a « clarifié » sa position sur ses options d’alliance aujourd’hui. Expliquant qu’il est tout à fait disposé, dans l’intérêt supérieur de la nation, d’offrir « sa collaboration » au gouvernement si les élections générales sont retardées. Il a détaillé aujourd’hui en quoi le pays, mais également la sécurité dans la région, bénéficiera grandement de l’arrivée du FSM au gouvernement mauricien.
Cehl Meeah tient toutefois à préciser que ses options demeurent ouvertes quant à une éventuelle alliance. Ne faisant ni une croix sur le PTr ni sur le MSM, le leader du FSM refuse de dire le nombre de tickets qu’il réclamerait afin de faire partie d’une alliance.