Samuel Joseph est fier de l’or que son équipe et lui ramènent d’Abidjan. «Mais ça ne doit pas s’arrêter là», fait ressortir le danseur dont l’écriture chorégraphique, celle de son frère Mathieu, a fait l’unanimité auprès du jury du concours de danse de création aux VIIIe Jeux de la francophonie.

«La page ne doit pas se tourner», insiste Samuel Joseph. Le potentiel artistique est «énorme», fait-il ressortir, «et je ne parle pas que de la danse». D’ailleurs, fait remarquer le jeune homme, la création «Di sel» des frères Joseph rassemble diverses pratiques artistiques.

Familles et proches attendaient les frères Joseph, les danseurs qui ont porté leur création et les musiciens qui les accompagnaient en live durant leur prestation à l’aéroport de Plaisance, ce 2 août. Les ravannes aussi.

Les médaillés d’or de ces Jeux ont été accueillis au son des ravanes. Stéphan Toussaint, ministre des Sports, et Fazila Jeewa-Daureeawoo, qui assure l’intérim à celui des Arts et de la Culture, étaient également présents.