La Chine s’est donné des objectifs précis : éradiquer l’absolue pauvreté d’ici 2020. Et elle se donne les moyens d’y parvenir, avec des programmes en place qui permettent de sortir 10 millions de personnes par an de cette situation, relève Alain Wong. Maurice gagnerait à s’inspirer de la Chine pour tacler ce problème, estime le ministre de l’Intégration sociale.

Il sera justement question d’échanges de bonnes pratiques lors de la 8Conférence Chine-Afrique sur la réduction de la pauvreté et le développement. Celle-ci, qui a débuté ce 6 septembre à Balaclava, accueille des délégués d’une vingtaine de pays africains et de Chine, dont les ministres des Affaires étrangères et de la Réduction de la pauvreté ainsi que Xia Gengsheng, Vice-Minister of the State Council Leading Group Office of Poverty Alleviation and Development of the People’s Republic of China, les ministres.

Pravind Jugnauth a, dans son allocution, relevé le «paradoxe d’un continent qui est l’un des plus riches en termes de ressources naturelles et celui où vivent certains des plus pauvres de la planète». Pour le Premier ministre, l’éradication de la pauvreté repose sur six piliers. Notamment une croissance économique inclusive pour lequel la Chine est un «exemple remarquable». Ou encore l’investissement dans l’éducation et la formation.

A ce chapitre, dit-il, il faut s’assurer que les demandeurs d’emploi aient les compétences qu’il faut.