L’étude de faisabilité concernant la viabilité d’une plateforme électronique pour le secteur manufacturier, notamment dans la région de la Southern African Development Community (SADC), sera finalisée d’ici deux ou trois semaines. C’est ce qui ressort d’un atelier de travail organisé sur ce sujet, le mardi 19 février.

«Nos clients se retrouvent en difficulté surtout face aux ‘e-commerce retailers’», a expliqué Lilowtee Rajmun-Joosery, directrice de la Mauritius Export Association (MEXA). D’où l’exploration des avenues de vente directe aux consommateurs, en mode B-to-C.

Il était aussi plus largement question des opportunités d’exportation vers la région SADC et le reste du continent africain, lors de cet atelier à l’initiative des Affaires étrangères, de la MEXA et de l’Economic Development Board.

La SADC a mis à disposition 1,4 million d’euros dans le cadre de ce dispositif d’assistance lié au commerce. Cela afin de développer des facilités au niveau du port, de l’aéroport, de l’Agro-industrie et d’autres ministères, mais aussi pour former les fonctionnaires et le secteur privé sur ces dossiers, a indiqué Jaganathan Parasivam Rangan, du ministère des Affaires étrangères.