Un partenariat public-privé pour la Central Water Authority ? Les contours de ce projet se dessinent de manière plus précise avec la signature, aujourd’hui, d’un accord entre Maurice et la Banque mondiale portant sur des services consultatifs remboursables. Cet accord, explique Ivan Collendavelloo, vient lancer le « processus de réforme et de modernisation » qui viendra grandement améliorer la fourniture en eau du pays.

Le Reimbursable Advisory Services Agreement permettra, en effet, au ministère des Utilités publiques de retenir les services d’un consultant pour l’élaboration d’un plan d’action qui débouchera sur la mise en place d’un partenariat public-privé (PPP) pour la Central Water Authority et d’enclencher des réformes dans le secteur de l’eau. Sous cet accord, une étude sera menée pour déterminer la « structure appropriée » pour ce PPP, et comprendra des recommandations pour sa mise en œuvre.

La première phase de l’exercice consultatif, explique Mark Lundell de la Banque mondiale, s’étendra sur quatre mois. Elle établira un « diagnostic » ainsi que la road map pour le PPP, explique le Country Director for Mauritius. La seconde phase, qui devrait durer dix mois, s’appesantira sur le soutien à apporter pour la mise en place du PPP et des réformes qui l’accompagneront.