Port-Louis a fait beaucoup d’efforts pour protéger la crédibilité de son centre de services financiers. Des efforts reconnus par l’Organisation de coopération et de développement économiques, souligne Vishnu Lutchmeenaraidoo. Le chef de la diplomatie mauricienne ne s’explique donc pas comment le pays a pu être inclus dans une liste de juridictions à haut risque, la semaine dernière. «On tente de nous faire payer des crimes qu’on n’a pas commis», selon Lutchmeenaraidoo.

La liste a été dressée par diverses grandes banques et soumise au Securities and Exchange Board of India (SEBI), selon The Economic Times. Y figurent notamment la Chine, les Emirates arabes unis, les Bahamas ou encore Chypre. Hong Kong, la Suisse et le Luxembourg n’y sont plus. Le SEBI doit finaliser la liste incessamment. Maurice a déjà communiqué ses inquiétudes à New Delhi.