« Un énorme marché nous attend. » Pour le secrétaire général de la Mauritius Chamber of Commerce and Industry (MCCI), Maurice et la Turquie peuvent s’attaquer « ensemble » au continent africain. La MCCI accueillait, ce 17 décembre, une délégation d’une vingtaine d’homme d’affaires de la DEIK, soit le Foreign Economic Relations Board.

La DEIK, explique Ömer Hakan Bari, regroupe quelque 800 acteurs de la communauté des affaires turques. Le président du Turkish-Mauritian Business Council a rappelé la visite « très fructueuse » d’une première délégation de son pays, qu’il avait également dirigée, en février de cette année. Maurice, dit-il, est une « passerelle » qui permet d’accéder avantageusement à « tous les pays d’Afrique ». En cela, la liaison aérienne est « essentielle ». Et de préciser que Turkish Airlines – qui a effectué son vol inaugural sur Maurice ce mardi 15 décembre – assurera dès le mois prochain cinq vols directs par semaine sur Maurice, contre 3 en ce moment.

Assad Bhuglah a, pour sa part, tenu à souligner que l’accord de libre-échange entre les deux pays est le résultat d’un « travail d’équipe entre gouvernement et secteur privé. Les avenues de coopération, assure le directeur de la Trade Policy Unit du ministère des Affaires étrangères, sont nombreuses.