Les îles sœurs, les « locomotives de l’océan Indien » ? Pour Didier Robert, président du Conseil régional de La Réunion, ce n’est pas là une vision utopique. Les deux pourraient même s’inscrire dans une « démarche de conquête » des « grands pays de l’océan Indien », qu’ils soient du continent africain ou asiatique, avec le concours de l’ensemble des îles Vanille.

Alors que la coopération Maurice-La Réunion se voit redynamisée, surtout sur le plan économique avec une série de mesures annoncées, nos regards devraient se tourner vers nos voisins de la région, estime Didier Robert. Qui rappelle qu’en septembre, les îles Vanille – dont Maurice assume la présidence depuis ce mercredi 10 juin – poursuivent les discussions avec Costa Croisières. Avec « l’ambition affichée » d’accueillir 20 000 croisiéristes en 2017.

Vishnu Lutchmeenaraidoo a également exprimé son souhait d’une « grande coopération qui dépasse largement notre région et touche l’Afrique ». Port-Louis a ainsi invité Saint Denis à le rejoindre sur divers projets : le développement d’une technopole à Accra, au Ghana, de même que celui d’une zone économique spéciale à Fort-Dauphin, à Madagascar, mais aussi au Sénégal.

Les deux îles se sont, du reste, accordé pour une « baisse conséquente » du billet d’avion entre les deux territoires, qui devrait être effective à partir de septembre. Et sur un certain nombre d’autres points de coopération.

Laurent Garnier, ambassadeur de France à Maurice, a pour sa part assuré que la question de la facilitation de l’entrée des Mauriciens à La Réunion serait étudiée. Notamment pour les hommes d’affaires qui ne nécessitent pas autant de justificatifs que les vacanciers, par exemple.