Yogesh Singh fait le même constat qu’Ashit Gungah, il y a peu. Le secteur des exportations se trouve dans une conjoncture difficile.

2016, dit le président sortant de la Mauritius Export Association, a vu une baisse de 8,6%, et se présente comme « l’une des années les plus difficiles ». La tendance baissière s’affirme d’ailleurs depuis ces cinq dernières années. Le Brexit est venu compliquer les choses, alors que l’Angleterre est l’un de nos principaux marchés.

Pour autant, le nouveau président de la MEXA se veut optimiste. Rappelant que le secteur a toujours su trouver des solutions aux défis qui se présentent. « Maurice, réaffirme Beas Cheekhooree, doit retrouver sa vocation d’exportateur. » Et pour cela, dit-il, il faut faire remonter les exportations, pour l’heure à un niveau moins élevé que nos importations ; un secteur manufacturier compétitif, une logistique bien en place avec nos marchés et une stratégie plus agressive.

Présent à l’assemblée générale de la MEXA, Ashit Gungah est d’avis qu’il nous faut consolider les secteurs existants. Et agir sur le plan de la diversification.

A ce titre, poursuit le ministre de l’Industrie et du Commerce, la bijouterie et les dispositifs médicaux se présentent comme des marchés porteurs. Le village pharmaceutique prévu à Rose-Belle prend forme : le concept paper est prêt, confirme Gungah, et le Board of Investment travaille avec des investisseurs potentiels.

Pour ce qui est de l’e-commerce, les offres reçues pour la consultance sont en cours d’analyse.