«J’ai proposé aux investisseurs japonais de faire de Maurice leur siège régional.» La déclaration est de Vishnu Lutchmeenaraidoo. Le ministre des Affaires étrangères a présidé une réunion, ce 22 février, avec une importante délégation venue du pays du soleil levant. L’idée : que Maurice serve de plateforme d’investissement.

L’ouverture d’une ambassade japonaise en août 2017 a favorisé «une forte présence japonaise» à Maurice, a souligné Lutchmeenaraidoo lors de la rencontre qui a eu lieu à la Newton Tower, Port Louis.  Les participants : des membres de la Japanese Chamber of Commerce and Industries in South Africa et de la Japan External Trade Organisation. Ils sont actuellement à Maurice pour promouvoir et faciliter les activités des entreprises japonaises à Maurice.

Cette mission, indique Yoshiharu Kato, l’ambassadeur du Japon, est «notre effort pour améliorer nos relations avec Maurice». Des liens diplomatiques qui durent depuis 50 ans cette année.

Hormis les secteurs financier, logistique, textile et agroalimentaire, le ministre a aussi invité la Banque de Tokyo et des compagnies d’assurances à établir leurs succursales dans l’île.

Une délégation mauricienne devrait aussi se rendre au Japon, a indiqué Lutchmeenaraidoo.

Le radar météo construit à Trou-aux-Cerfs grâce au soutien financier du Japon devrait, par ailleurs, être inauguré bientôt, a déclaré le chef de la diplomatie mauricienne.

L’idée de Maurice comme plateforme d’investissement entre l’Asie et l’Afrique avait été évoquée avec une autre délégation japonaise en juin 2017. Un mois plus tard, des entrepreneurs japonais signaient un accord sur l’échange d’expertise technique au niveau des infrastructures.