Le message est on ne peut plus clair. «Non au mariage et au concubinage avant 18 ans». Il est temps que Maurice revoie ses lois sur le sujet, soutient le Group Sitwayin Angaze.

Tous les membres de ce collectif, qui comprend des femmes et des hommes de divers horizons, ont été interpellés par le cas de cette jeune fille de 13 ans décédée la semaine dernière, enceinte au moment de son décès et mariée religieusement.

Ce cas, rappellent tour à tour les intervenantes, soulève de nombreuses questions. Et nécessitent des actions «urgentes», notamment de l’Etat. Le gouvernement peut déjà revoir le texte du Children’s Bill pour revoir la définition légale d’un enfant, estime le Group Sitwayin Angaze.

Maurice est le seul pays de la SADC à ne pas avoir signé le Gender Protocol de l’organisation des pays de l’Afrique sub-saharienne, à cause de l’obligation faite de ramener l’âge légal du mariage à 18 ans.

Le cas de cette jeune fille met en lumière la nécessité de l’accès des jeunes aux informations sur la sexualité et le mariage. Tout comme la collaboration de tous – leaders politiques et religieux, parents, ONG… – est essentielle.