Le diabète fait rage à Maurice. Anwar Husnoo, ministre de la Santé, le rappelle en cette journée mondiale de lutte contre la maladie. Car plus d’1 personne sur 5 est touchée à Maurice. Plus précisément 22,8% de la population, dont 23,5% de femmes, selon les données de l’étude nationale sur les maladies non transmissibles de 2015. Pour contrer ce fléau, le ministère a annoncé cet après-midi deux projets pilotes.

D’une part, une grande campagne de sensibilisation des patients pré-diabétiques, en collaboration avec Mauritius Telecom. Ils recevront des alertes SMS deux à trois fois par semaine, leur rappelant de faire des check-up réguliers, mais aussi leur donnant des astuces afin d’adopter un mode de vie sain. D’autre part, un suivi approfondi des quelque 5 000 patients recensés souffrant du diabète de type 1 et de type 2. Pour ce faire, 350 médecins ont été déployés à travers les différents dispensaires de l’île.

Le représentant de l’OMS à Maurice, Dr Laurent Musango, appelle lui à la prise d’action rapide. Il explique que Maurice est en tête de liste sur le continent africain pour ce qui est de la prévalence du diabète. Et la prévalence de la maladie maintient une tendance à la hausse, déplore-t-il. En dépit des efforts de l’Etat pour sensibiliser la population.

D’après le rapport de Statistics Mauritius concernant les maladies non transmissibles pour l’année 2015, le diabète de type 2 touche 19,6% d’hommes et 21,3% de femmes âgés entre 20 et 74 ans. On note une augmentation de près de 2% en 2 ans.

Le diabète de type 1 touche à peu près 500 personnes d’après une étude faite en septembre 2017. Selon Bianca Labonté-Rajaram, Staff Manager pour l’association T1 Diam’s, la cause exacte de cette maladie est méconnue, bien que l’on soupçonne des facteurs à la fois génétiques et environnementaux. Le diabète de type 1 touche majoritairement des enfants et ses adolescents. Le traitement est lourd et complexe, et nécessite des injections d’insuline régulières.

La Journée mondiale du diabète est observée le 14 novembre. C’est à cette date que l’insuline a été découverte par Frederick Banting et Charles Best. La femme est, cette année, au centre des préoccupations. Le ministre Husnoo met en garde quant aux risques que comporte le diabète de grossesse ou diabète gestationnel à la fois pour la mère et l’enfant, dont des malformations du fœtus, des problèmes respiratoires ou encore des maladies cardiaques.