Le ministre des Affaires étrangères et du Commerce international estime qu’il faut « protéger » les secteurs que l’Etat veut encourager. Cela afin d’encourager les petits et moyens entrepreneurs (PME) qui y sont engagés.

Vishnu Lutchmeenaraidoo indique ainsi qu’une formule de « discrimination positive » est envisagée pour les PME. Notamment dans l’agriculture, pour réduire la dépendance sur l’importation, et l’artisanat local, pour réduire l’importation de certains produits.

Le ministre a aussi adressé une mise en garde aux « conglomérats » qui « pensent pouvoir tout contrôler ». Ces grands groupes, prévient-il, « font fausse route s’ils pensent pouvoir devenir si puissants qu’ils contrôlent tout ».

Le ministre assistait, ce 30 mars, à l’assemblée générale de la Chambre de commerce et d’industrie.

Il a notamment fait ressortir que le rôle du gouvernement n’est pas d’investir mais de créer un environnement propice aux affaires.

Interrogé sur l’affaire Sobrinho, Lutchmeenaraidoo a préféré, selon ses propres mots, répondre de manière générale. « Nous avons créé un système extrêmement opaque qui a profité à certains », dit-il. Mais ce temps est révolu, poursuit-il. « On va vers une période de plus grande transparence. »