«On ne peut pas faire de miracle économique si la nation n’est pas partie prenante», a aujourd’hui insisté le ministre des Finances. Qui dit constater, le ton un peu amer, un «décalage entre le langage du gouvernement et le comportement de la population». Vishnu Lutchmeenaraidoo estime ainsi que «la population râle beaucoup plus qu’elle ne trouve de solutions».

Le ministre des Finances est toutefois confiant que d’ici dix ans, «Maurice sera l’une des grandes puissances» de la région. A l’exemple de Dubayy pour le Moyen Orient ou de Singapour pour le Sud-est asiatique. «Nous le ferons ensemble», a-t-il promis.

Lutchmeenaraidoo assistait, ce matin, à la handing over ceremony de 20 bus semi-low floor par la Chine à la CNT.