Transparence et accountability. Ce sont là les maîtres mots qui sous-tendent les « mesures fermes » qu’a annoncées Vishnu Lutchmeenaraidoo, aujourd’hui. Celles-ci concernent tous les ministères et institutions liées à l’Etat. Ainsi, les chairmen concernés, actuels ou démissionnaires, devront rendre des comptes quant à la gestion de l’organisme et aux actes frauduleux qui pourraient avoir eu lieu.
Par ailleurs, l’étape de l’appel d’offres sera obligatoire avant l’allocation de contrats, affirme Lutchmeenaraidoo. Et de citer l’exemple de l’aéroport SSR où, en raison de « relations bilatérales » avec l’Inde, il n’y a pas eu d’appel d’offres international. « Nous aurions pu le construire à moins de Rs 9 milliards », soutient le futur Grand argentier.
De nouvelles consultations prébudgétaires auront lieu à partir de janvier 2015, a aussi ajouté Vishnu Lutchmeenaraidoo. Qui prévoit le Budget pour mars de l’année prochaine.