Rendre le travail des chercheurs universitaires plus accessible. Et que le public soit plus à même de connaître les recherches qui se font sur la question de la traite négrière et de l’esclavagisme. C’est dans cette perspective que Traites, esclavage et transition vers l’engagisme : Perspectives nouvelles sur les Mascareignes et le sud-ouest de l’océan Indien a été publié. L’ouvrage rassemble les présentations d’un colloque du même nom organisé en 2011 par la Commission Justice et Vérité.

Le lancement officiel a eu lieu à l’université de Maurice, ce jeudi 27 août. L’occasion de faire d’une pierre deux coups : la Journée internationale du souvenir de la traite négrière et de son abolition, célébrée le 23 août, et le 300anniversaire de l’arrivée de Dufresne d’Arsen, représentant de Louis XIV sur le territoire mauricien (27 août). Ces deux évènements ne peuvent être dissociés, selon Vijaya Teelock, historienne et coéditrice de l’ouvrage. Celui-ci sera disponible en librairies « dans quelques jours ».

A l’issue du lancement, Jimmy Harmon a rappelé que la période 2015-2024 a été décrétée Décennie des peuples d’ascendance africaine par les Nations unies. Si la traite négrière et l’esclavage sont choses du passé, poursuit le directeur du Centre culturel Nelson Mandela pour la culture africaine, ils ont néanmoins « un impact sur le présent ».

Santaram Baboo, ministre des Arts et de la Culture, a pour sa part assuré le soutien de son ministère pour encourager « les auteurs et les éditeurs ». « Le ministère est là pour aider », a-t-il soutenu.

Traites, esclavage et transition vers l’engagisme est publié par le Centre for Research on Slavery and Indenture, basé à l’université de Maurice.