[Mise à jour – 9h30, 11 octobre 2014] Dans un vendredi soir, l’Employment Relations Tribunal a émis un ordre intérimaire en faveur de Triolet Bus Service contre l’Union of Bus Industry Workers. Et en vertu duquel il est interdit au syndicat de faire ou de préparer une grève. L’affaire sera appelée devant le tribunal ce mardi 14 octobre à 10h30.

Les bus rouleront demain. Le syndicat des employés du transport public a, en effet, décidé de suspendre la grève qui était prévue pour demain. Après sa conférence de presse de cet après-midi, indique Ashok Subron, porte-parole de l’Union of Bus Industry Workers, le Premier ministre Navin Ramgoolam s’est engagé à recevoir les délégués syndicaux le mardi 14 octobre. Mais, précise Ashok Subron, se réserve le droit de déclencher une autre grève générale si « le Premier ministre ne respecte pas sa parole ».

Ce qui devrait figurer à l’agenda de cette rencontre, et que réclament les employés de ce secteur depuis des mois : l’application de la grille salariale et des conditions de travail préconisée par le National Remuneration Board. « Enn gouvernman travayis la pou servi lintere bann travayer », insiste le syndicaliste. Qui rappelle que c’est « travayer ki travay, ki prodwir larises e ki pou vote dan sa eleksion-la ».

L’UBIW a aussi déploré « le langage abusif » de Paul Bérenger lors de la conférence de presse conjointe que ce dernier a animée avec Navin Ramgoolam en ce vendredi 10 octobre. Ashok Subron que ses collègues et lui ont « appris à faire grève » auprès « d’Emmanuel Anquetil et de Paul Bérenger ».