L’enveloppe de l’Union européenne s’élève à quelque Rs 270 millions. Et permettra de financer le projet de l’Etat mauricien pour améliorer l’environnement des affaires. La signature de l’accord a eu lieu aujourd’hui.

Ce soutien financier, fait ressortir Pravind Jugnauth, permettra de moderniser les structures avec notamment une plateforme en ligne pour canaliser les demandes de permis (e-licensing) et un registre électronique qui centralisera les formulaires et divers types d’application.

« Les procédures doivent être plus simples, plus transparentes, plus claires », insiste le ministre des Finances, si l’on veut favoriser l’investissement. Le 2016 Ease of Doing Business Index de la Banque mondiale, a-t-il rappelé durant la cérémonie de signature, a révélé certaines lacunes qu’il nous faut corriger.

L’autre volet de ce projet est l’évaluation du présent système, cela afin d’éviter les doublons et de réduire au minimum les tracas administratifs et la paperasserie.

Le troisième aspect concerne la formation, à la fois au niveau des organismes publics mais aussi de la communauté des affaires.

Ce projet du gouvernement est estimé à 9 millions d’euros. La contribution de l’Union européenne, sous le programme indicatif régional du 11Fonds européen de développement, compte pour un peu plus de trois-quarts du coût global. L’Etat financera les 2 millions restants.

Grâce à cet appui, Maurice sera par ailleurs éligible à un autre soutien de 3 millions d’euros, note le ministre des Finances.

Marjaana Sall souligne pour sa part que ce projet de modernisation permettra de « libérer le potentiel de croissance » du pays.

L’ambassadrice de la Délégation de l’Union européenne à Maurice rappelle aussi que celle-ci peut accompagner Maurice dans le développement de secteurs clés dont l’éducation et les sciences.

Pravind Jugnauth a indiqué qu’il présidera un comité ministériel sur « Doing Business ». Celui-ci veillera à ce que la mise en œuvre de ce projet de modernisation se fasse « avec efficacité et rapidité ». Marjaana Sall y siégera également.

Le gouvernement, Business Mauritius et le Board of Investment travaillent étroitement pour améliorer l’efficacité des procédures pour faciliter les affaires. Dans ce contexte, a annoncé le Grand argentier, un Business Facilitation Bill sera présenté au Parlement en avril.