Les travailleurs ont beaucoup trop attendu. Corriger les inégalités qui découlent de l’Employment Rights Act (2008) figurait pourtant dans le manifeste électoral du présent gouvernement. Cependant, rien n’a été fait depuis les quatre ans au pouvoir de l’alliance Lepep, déplore la Confédération des travailleurs du secteur privé et public (CTSP).

La confédération syndicale a organisé un forum-débat pour discuter des amendements nécessaires aux lois du travail, le jeudi 17 janvier. Alan Ganoo, président du Mouvement patriotique et Veda Baloomoody, député du Mouvement militant mauricien, y ont participé. Mais pas le ministère du Travail, qui avait pourtant été invité à déléguer un représentant.

Le Parti mauricien social-démocrate et le Parti travailliste n’ont pas été invités car à l’origine de la législation en vigueur.

Pour les trois intervenants, la révision des conditions entourant le licenciement et les comités disciplinaires est au rang des priorités afin d’éviter les abus qui ont cours.

Si le ministre Soodesh Callichurn a assuré que les amendements seront présentés au Parlement, cette année, l’ébauche du loi n’a pas encore été circulée, déplore Reeaz Chutto, président de la CTSP.

Une centaine d’employés de divers secteurs ont assisté aux discussions qui ont eu lieu au siège de la CTSP, à Rose-Hill.